3 choses que tu n’apprendras pas en école de design

Fév 18, 2021 | Business

Pour te raconter un peu mon parcours, j’ai fait mes études à l’ERACOM en tant qu’Interactive Media Designer ou Concepteur Multimédia à l’époque. J’y ai appris de nombreuses choses, principalement le web et le graphisme. J’ai adoré mes études, pourtant arrivé à la fin de mon cursus, je n’entre voyais pas la suite… A dire vrai, je ne me sentais pas armée pour affronter le monde de l’emploi. Et si je ne voulais pas être employée ? Je n’avais aucune idée par quoi commencer… Dans cet article, je te dévoile 3 points que j’aurais aimé apprendre durant mes études.

#1 Les années d’expérience ne font pas tout

Être employé ça peut convenir à une partie de la population, mais pour l’autre ? Si tu as des rêves plein la tête et envies de te lancer en tant que freelance je n’ai qu’une chose à dire –> FONCE ! Et oui tu n’as pas besoins d’avoir dix ans d’expérience au sein d’agence de communication pour prétendre faire du bon travail. Aie confiance en tes talents, tes forces et ton instinct.

#2 Poser et respecter ses propres limites

Avant de les respecter, c’est bien de les poser. La vie d’indépendant est pleine de haut et de bas. Ce n’est pas pour autant que l’on doit tout accepter et ne pas se faire entendre. Surtout à nos débuts, on est souvent prêt à accepter n’importe quoi et à n’importe quelles conditions. Par exemple une de mes limites, c’est que je ne travaille pas toute la semaine, ni les weekends. J’ai décidé de poser deux jours off que je passe entièrement avec ma fille. Et peu importe les deadlines et les urgences de mes clients, je n’hésite jamais à leur dire si je peux ou pas faire leur mandat dans les temps.

On a souvent l’image du designer geek, qui travaille la nuit et les weekends sur ses projets, mais si pour toi ce n’est pas ton délire, alors poses la vision de ton business et assume-le !

#3 Se rémunérer décemment

Ahh ce point-ci me tient à coeur. C’est à cause des tarifs que je voyais pratiquer autour de moi et de la galère financière que je percevais chez mes collègues freelances, que je ne voulais ABSOLUMENT pas me lancer. Il faut savoir une chose, un client cheap te rapportera un autre client cheap. C’est un cercle vicieux et finalement tout est une question d’état d’esprit. Tu auras toujours mille et une raison de ne pas oser monter tes prix. « je ne suis pas assez talentueux-se », « je débute, je n’ai pas encore assez d’expérience », etc. Je suis là pour te dire que toutes ces affirmations sont du vent. Montes tes prix et tu n’as pas à justifier tes choix à qui que ce soit. Reconnais ton talent, analyse quelle valeur tu amènes à ton client avec ce mandat, décides de ce que tu as besoin pour vivre convenablement tous les mois et poses tes prix selon tes critères. Avant chaque rendez-vous client, fixes-toi une limite à laquelle tu ne souhaites pas descendre. Ne lâche rien, si pour ton client tu es trop cher, encourage-le à économiser quelques temps afin de pouvoir s’offrir tes services. Le design est un investissement et c’est à toi en tant que professionnel, à faire passer ce message à tes clients.

J’adore échanger avec d’autres designer, alors n’hésite pas à me suivre et me contacter sur instagram.

Articles du même thème …

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.